11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 14:09

 

Décrire le Japon à partir de ses contrastes – entre les villes et les campagnes, entre la modernité et les traditions – peut sembler un peu simpliste. Mais la découverte de ce pays est bien celle d’une incroyable diversité de paysages, de pratiques et de cultures, et l’intérêt du voyage consiste à capter ces étonnants paradoxes et à chercher des repères enfouis dans une forêt de signes a priori assez hermétiques. C’est à travers ce Japon en perpétuel mouvement – qui entretient néanmoins ses traditions séculaires – que je vous propose de voyager en avril prochain, à une période très particulière de l’année : celle de la floraison des cerisiers, symboles de beauté éphémère, et associés aux samouraïs dont la vie était, comme celle de la fleur de sakura, belle et courte.


Notre voyage commencera par Tokyo, mégapole unique en son genre, dont la diversité des quartiers et des activités rendent la visite passionnante. De la vallée de Shokawa à Kanazawa, en passant par Takayama, nous entrerons ensuite dans un Japon moins connu, plus proche de la nature et de son histoire : c’est le monde des samouraïs, des toits de chaume et des esprits… Puis nous découvrirons Kyoto et Nara pour nous imprégner de cette dimension sacrée qui, à l’image de ces deux anciennes capitales, baigne encore tout le pays. Ce sera l’occasion d’admirer des trésors artistiques à l’esthétique et à la philosophie très particulières. Le voyage se terminera par Kobe et Osaka, où l’accent sera mis sur les réalisations architecturales de Tadao Ando.


LES POINTS FORTS DU VOYAGE

 

TOKYO, centre névralgique du pays, concentre toutes les fonctions politiques, économiques et adminis-tratives du Japon. Tokyo, c’est aussi bien des quartiers modernes où les grands magasins haut de gamme rivalisent d'ingéniosité pour s'implanter, que des petites rues commerçantes pittoresques ayant gardé leur charme d’autrefois. Sanctuaires shintô et temples bouddhiques sont étroitement imbriqués dans cette trame citadine, et sont le lieu de nombreux festivals traditionnels. Tokyo renferme également un grand nombre de musées et de complexes culturels où l'on peut admirer les arts modernes et traditionnels du Japon. Nous pourrons visiter le jardin du Palais impérial ; le temple de Yasukini-jinja (où reposent les esprits des combattants tombés pour le Japon) ; le temple de Zojo-ji (temple principal de la famille des Tokugawa, aujourd’hui célèbre pour ses nombreuses statues de Jizo, dieu protecteur des enfants) ; le sanctuaire de Meiji-Jingu (exemple très intéressant de l’architecture shintô – photo n°2 ; le musée Nezu (où l’on se rend autant pour la beauté du jardin que pour ses collections) ; le nouveau quartier de Rappongi Hills (qui asssocie culture et shopping) et son Musée Mori (art japonais et asiatique) ; le musée historique Edo-Tokyo (reconstitution de la vie de Tokyo au XIXe et XXe s.) ; la célèbre avenue Omotesando et le quartier de Ginza, dont l’architecture est très intéressante ; et bien sûr le célèbre marché aux poissons de Tsukiji (énorme marché de vente en gros de poissons et autres produits de la mer).

 

TAKAYAMA : Comme peu de villes japonaises, elle a su garder un cachet ancien. Nous pourrons nous y balader et découvrir certains de ses trésors, comme par exemple la résidence du seigneur Kanamori (le Takayama-jinya), magnifique exemple d’ancienne demeure aux vastes pièces et très beau jardin intérieur. On trouve à Takayama d’autres belles demeures de marchands, comme le Sakurayama Nikki-kan, qui présente une exceptionnelle maquette du temple de Nikko, chef d’oeuvre d’artisanat. Nous pourrons également visiter, selon le temps disponible, le temple de Sakurayama Hachiman-gu.

 

LA VALLEE DE SHOKAWA : Cette région est restée longtemps inaccessible, même aux Japonais, en raison de sa situation géographique. Les paysages sont très beaux, et les maisons ont une architecture unique. Dans le village de Shirakawago, nous verrons en effet de vieilles maisons de campagne comme il n’en reste presque plus, de vastes fermes en bois (certaines ont plus de 250 ans) dont la construction permet de supporter les chutes de neige qui sont très abondantes dans cette région. Ces maisons abritaient plusieurs générations sur quatre niveaux ouverts autour d'un seul foyer au rez de chaussée.

 

KANAZAWA : La visite de cette ville permet d’alterner l’ultra-contemporain - avec le Musée d’Art Contemporain du XXIe siècle, inauguré en 2004 - et le traditionnel - avec ses fameux quartiers de geishas et de samouraïs, dont les descendants occupent encore une bonne partie des maisons. Kanazawa est connue pour son château (récemment reconstruit) et le jardin de Kenroku-en, considéré comme l’un des trois plus beaux jardins du Japon. D’une superficie de 100.000m2 au centre-ville, il était à l’origine un jardin privé, qui jouxtait le château. Son nom évoque un jardin chinois qui réunissait les 6 qualités nécessaires à la perfection : isolement, espace, artifice, ancienneté, abondance en eau et panorama.

 

KYOTO : Devenue capitale politique en 794, Kyoto connue alors sous le nom de Heian-kyô, a su développer depuis près de 1300 ans une culture propre à son rang de capitale impériale. Elle renferme d'innombrables sites chargés d'histoire : bâtiments à l'architecture ancienne de renommée mondiale, trésors culturels, temples et sanctuaires inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité, etc. Les touristes japonais et étrangers viennent nombreux toute l'année pour les découvrir, participer aux festivals qui rappellent la splendeur de la cour impériale des temps anciens, acheter des pièces d'un artisanat raffiné, ou apprécier les chants et danses des maiko, ces apprenties geisha que l'on ne trouve qu'à Kyoto et dont l'éducation artistique très raffinée (chant, danse, musique) font d'elles une compagnie très prisée. L'ensemble des monuments historiques de l'ancienne Kyoto a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO pour leur inestimable valeur culturelle.

 

NARA était capitale impériale qu’elle ne soit transférée à Kyoto au VIIIème s. Des fouilles ont mis au jour de nombreux vestiges antiques, et il reste encore aujourd'hui les traces visibles d'un patrimoine architectural de grande valeur. Le charme simple et discret des rues de Nara et les vastes espaces naturels environnants nous permettront de passer une journée très apaisante. Les monuments historiques de l'ancienne Nara constituent le deuxième plus important ensemble architectural japonais inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO, après celui de Kyoto.

 

OSAKA (et Kobe) : Osaka a toujours été au cœur des échanges commerciaux entre l'ouest et l'est du Japon, ce qui a fait la prospérité de la ville. Elle est aujourd’hui le principal pôle économique et commercial de la région de Kansai. C’est une ville animée, qui offre de nombreux complexes de divertissements et centres commerciaux modernes, notamment le long de la baie d'Osaka - qui a connu un renouveau récent avec plusieurs grands projets d'aménagements. Osaka, c’est aussi une culture gastronomique locale très variée - la réputation de bons vivants de ses habitants est résumée par l’expression "manger jusqu'à y perdre sa fortune"…). A Osaka, nous mettrons l’accent sur les créations du célèbre architecte Tadao Ando, dont les visites nous conduiront jusqu’à Kobe.

 

Partager cet article

commentaires