12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 18:14

Thanjore 02 Voyage de groupe en INDE du SUD du 13 au 28 février 2010.

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Cette année, c’est l’inde du Sud qui était à l’honneur, avec un voyage qui nous a emmenés à la découverte de ses fantastiques beautés, toujours imprégnées de spiritualité, mais aussi de ses aspects contemporains. Notre périple a commencé par Bombay, multiple, dynamique, dont l’histoire se laisse lire à travers une magnifique architecture. Puis nous avons mis le cap sur Bangalore, la Silicon Valley indienne, et ses hauts-lieux de recherche et de technologie. Mysore a constitué ensuite un contre-point agréable à la ville de l’informatique, avec ses palais luxueux et ses beaux jardins. Puis le Kerala, région connue pour sa nature luxuriante, ou nous avons bien sûr apprécié une reposante croisière sur les backwaters... La suite du voyage a comporté une étape spirituelle avec le très important centre de pèlerinage de Rameshwaram, connu pour ses liens avec l’histoire du Ramayana, avant de remonter vers Madras en passant par Mahabalipuram, connu pour la richesse de son patrimoine archéologique, et Pondichéry, ancien comptoir français. 

CochinPoints forts du voyage :

 

Bombay■ BOMBAY ou MUMBAI (Mumba « déesse », et Aai « mère ») est la capitale de l'État du Maharashtra. Bombay est surtout la capitale économique de l’Inde… Capitale du divertissement, la ville abrite aussi la plupart des studios de cinéma et de télévision indiens : « Bollywood ». L’importance économique de Bombay ainsi que son haut niveau de vie en comparaison avec le reste de l’Inde attirent des migrants de toutes les régions du pays, qui assurent à la ville une intense diversité sociale et culturelle. La visite de la ville passe par Mani Bhawan, qui fut la résidence de Gandhi, la porte de l’Inde, la Mosquée Haji Ali (à laquelle on ne peut accéder que par marée basse), les très belles grottes bouddhistes de Kanheri, datant du 1er siècle après J.C, qui frappent par leur style austère et épuré, et l’île d’Elephanta qui abrite de superbes sculptures du Ve au VIIIe siècles). 

 

Bangalore BANGALORE et MYSORE : De Bangalore, la « Silicon Valley indienne » à Mysore, le contraste est intéressant, car autant Bangalore est moderne et frénétique, autant Mysore regorge de jardins, de temples et de vieux palais, notamment celui du Maharaja, l’un des plus grands d’Inde, construit en 1897, et connu pour son éclairage fabuleux. 

Mysore

 

 

 

 

CALICUT, qui fut un port important entre le XVème et le XVIIIème s., est actuellement le centre de l’industrie du bois. La visite de Calicut conduit à une galerie d’art connue pour sa superbe collection de peintures de Raja Ravi Varma, premier peintre indien à utiliser l’huile, et qui s’intéressa aussi bien à des récits mythologiques qu’à la vie quotidienne ; au temple de Tali, un des plus vieux de la région, dédié à Shiva, et attirant encore de nombreux pèlerins chaque année ; et à la Kappad Beach, célèbre pour avoir été celle où Vasco de Gama débarqua en 1498. 

 

Backwaters■ COCHIN ET LE KERALA : Cochin, la cité des lagons… La vieille ville, dont beaucoup de maisons coloniales, hollandaises, juives, portugaises sont encore debout, donnent à cette ville des épices une atmosphère magique. C’est à Cochin qu’on peut voir une représentation de danse du Kerala, le Kathakali, qui conte des extraits du Ramayana dans des costumes à la couleur flamboyante. De là, il est facile de se rendre à Allepey, d’où on peut partir à la découverte des canaux (les « backwaters ») qui serpentent au milieu d’un très bel environnement et traversent de petits villages.

Khatakali

Periyar

 

La réserve de PERIYAR est peuplée de tigres, d’éléphants, de daims et d’oiseaux multicolores. On peut y apprécier une croisière sur le lac du même nom, et la visite d’un jardin d’épices, où l’on découvre les innombrables variétés locales… 

 

Madurai■ MADURAI, construite en forme de fleur de lotus, est connue surtout pour son temple de Meenakshi, qu’il faut visiter le soir pour pouvoir assister aux cérémonies. Il s’agit d’un des plus grands ensembles religieux d’Inde… A Madurai, on peut aussi visiter le Palais de Tirumala Nayak Mahal, connu pour ses piliers de granit émettant un son musical quand ils sont frappés doucement. 

 

RAMESHWARAM est un centre de pèlerinage très important, situé tout au bout de la péninsule indienne. C’est l’endroit où Rama est censé avoir érigé un pont pour aller sauver son aimée Sita, ravie par le terrible Ravana. Ce centre de pèlerinage est l’équivalent pour le Sud de Varanasi (Benares).

Rameshwaram
Pondichery 
 MAHE et PONDICHERY: Deux des cinq comptoirs français : Mahé dans le Kerala (près de Calicut), et surtout Pondichéry (Tamil Nadu) où on peut flâner dans l’ancien quartier français, dont le charme est extraordinaire, et visiter l’ashram fondé en 1926 par Sri Aurobindo, où il s’est retiré avec sa compagne Mirra Alfassa, plus connue sous le nom de « La Mère ». 

 

■ MAHABALIPURAM : Mahabalipuram intéresse les amateurs d’archéologie, qui peuvent y visiter les 5 Rathas et l’ascèse d’Arjuna. Les 5 Rathas (chariots) datent du VIIème s. et sont des monolithes inachevés destinés à être des sanctuaires. Leur intérêt tient notamment à leur statut intermédiaire entre des réalisations religieuses en bois et celles qui suivirent en pierre. L’ascèse d’Arjuna, magnifique relief sculpté long de 30 mètres et haut de 15mètres représente les différentes pénitences que s’est infligées Arjuna, l’un des frères Pandava du Mahabharata, pour obtenir une arme de Shiva. L’idée sous-jacente étant qu’à force de mortification, l’homme peut atteindre une puissance égale aux dieux… 

Mahabalipuram

Partager cet article

commentaires