19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 11:54

 

 

 

POINTS FORTS DU VOYAGE :

 

1) TEHERAN

Visites : Le complexe du palais de Golestan, le musée du verre et de la céramique, le musée national d'Iran, le musée des Joyaux nationaux d'Iran, le palais Sa'd Âbâd, le bazar de Tajrish et le quartier de Darband.

 

2) La région du mont DAMAVAND, point culminant de l'Iran (5610 m) situé à 70 km de Téhéran.

 

3) KASHAN

Visites : Le Jardin Fin, la Mosquée et l’école théologique d'Agha Bozorg, la maison de Boroujerdi et la maison de Tabatabaïe.

 

4) ISPAHAN

Visites : La place de Naqsh‐e‐Jahan, le complexe de la mosquée de Chikh Lotfollah, la mosquée de l'Imam, le bazar, le palais d'Ali Qapu, le palais de Chehel Sotoun, les ponts de sio seh pol et kaju, la cathédrale de Vank, le quartier arménien de Jolfa, le palais de Hasht Behech et la mosquée de Jameh.

 

5) YAZD

Yazd est située sur le plateau central iranien, entre le désert du Dasht-e Kavir au nord et celui du Dasht-e Lut au sud. La ville est entourée de lacs salés. Réputée pour sa soie, cette ancienne ville caravanière a fondé jusqu'au XVIIe siècle sa prospérité sur son commerce. Les tours du Silence, le temple d'Ateshkadeh et la forteresse des Lions sont l'occasion d'y découvrir la religion zoroastrienne, prédominante sur le plateau iranien avant la conquête arabo-musulmane. Une petite communauté zoroastrienne est toujours présente à Yazd.

Visites : Le Complexe zoroastrien, le quartier de Fahadan, le jardin de Dolat Abad, lebazar, le musée de l'eau et complexe de Mir Chaqmaq.

 

6) PERSEPOLIS

Persepolis était une capitale de l’empire perse achéménide. Le site se trouve dans la plaine de Marvdasht, au pied de la montagne Kuh-e Rahmat, à environ 70 km au nord-est de la ville de Shiraz, province de Fars, Iran. Sa construction commence en 521 av. J.-C. sur ordre de Darius Ier. Elle fait partie d’un vaste programme de construction monumentale visant à souligner l’unité et la diversité de l’empire perse achéménide, et à asseoir la légitimité du pouvoir royal. Elle fait appel à des ouvriers et artisans venus de toutes les satrapies de l’empire. L’architecture résulte d’une combinaison originale des styles issus de ces provinces créant ainsi le style architectural perse ébauché à Pasargades, également retrouvé à Suse et Ecbatane. Cette combinaison de savoir-faire marque également les autres arts perses, comme la sculpture ou l’orfèvrerie. La construction de Persépolis se poursuit pendant plus de deux siècles, jusqu’à la conquête de l'empire et la destruction partielle de la cité par Alexandre le Grand en 331 av. J.-C. Visite de Naghsh-e Rostam.

 

7) SHIRAZ

Visites : Le Complexe de Zandieh, la mosquée de Nassir ol-­‐Molk, les jardins de Narenjestan et d'Eram, le mausolée de Hafez et son mémorial, le mausolée de Saadi, le Complexe Karim Khan et son château, le musée Pars, le bazar, le bain public et la Maison Qavam.

 

INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS :

brunochabanas@yahoo.fr

3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 11:47

 

001 3324Le Ladakh se trouve au Nord de l'Inde, au milieu des montagnes himalayennes, et est caractérisé par son territoire aride, très froid en hiver mais relativement chaud en été. Contrairement au reste de l'Inde, cette région a l'avantage de ne subir aucune mousson durant l'année. Par sa culture, sa religion, sa langue et la morphologie de son peuple, le Ladakh se rapprochen bien plus du Tibet que de l'Inde - on parle souvent du « petit Tibet » pour caractériser la région. Le Ladakh accueille de nombreux réfugiés tibétains ayant fui l’invasion chinoise, et il n’est pas rare d’y croiser le Dalaï Lama. 
L-A-D-A-K-H 3616La taille intimidante de l’Himalaya s’ajoute à son isolement : de nombreuses routes d’accès au Ladakh et au Zanskar restent fermées pendant plus de six mois par an. De plus, jusqu’en 1979, il n’y avait pas de vols réguliers vers le Ladakh, donc d’octobre à juin la région était totalement coupée du monde. Aujourd’hui, le Ladakh est rempli de gompas éparpillés sur les hauts plateaux, entourés par d’impressionnants et écrasants pics enneigés, ses paysages désolés sont parfois illuminés par d’anciens palais aux abords verdoyants s’accrochant aux parois rocheuses.
Même si le tourisme s'est développé depuis plusieurs années, le Ladakh conserve son cachet traditionnel, et les mentalités sont restées très authentiques. 

 

Les points forts du voyage :

001 0453Le survol de l’Himalaya – Le vol intérieur entre Delhi et Leh, d’une durée d’une heure, est la première bonne surprise du voyage. Les paysages sont évidemment extraordinaires. Il s’agit générale-ment d’un vol matinal, qui part de Delhi vers 7h.
 

La vallée de l’Indus - Capitale depuis le XVe siècle, la ville de Leh est Chemre01surmontée par l'imposant Palais Royal, construit en 1600. Il évoque le Potala de Lhassa qui sera construit 50 ans plus tard. La vallée de l’Indus constitue l’axe majeur du Ladakh. Autour de celui-ci se composent de nombreux tableaux colorés de la vie quotidienne ladakhie aux dominantes culturelles bouddhique et tibétaine. C’est dans la vallée de l’Indus que se concentrent les plus prestigieux monastères du Ladakh, comme ceux de Chemre ou de Tikse. 


Yangtang02La vallée du Sham - Célèbre pour son architecture, ses amandes et ses abricots, cette région est la plus riche du Ladakh. L’altitude, relativement basse (en moyenne 3400 m), rend la vie des habitants plus douce que dans les hauts pâturages du Changtang ou les vallées encaissées du Zanskar. Le trekking nous entraîne sur l’une des branches de la mythique route de la Soie, à travers des villages qui sont des îlots de verdure au milieu d’un monde lunaire, de monastères perchés sur L-A-D-A-K-H 3677des promontoires rocheux et de champs d’orge cernés de majestueuses montagnes enneigées. Les chemins de trek de cette région sont encore peu empruntés : on y trouve donc encore toute l’authenticité de l’Himalaya.

 

 

Pangong-Tso-Lake-HimalayaLa région du lac Pangong - Appelé aussi le lac aux cinq couleurs, le Pangong Tso est situé dans la région de Nyoma du Tchang-Tchang, dans la partie orientale du Ladakh. C’est l’un des plus étendus et des plus beaux lacs naturels de la région. Il s’étire sur 120 km de long, un tiers du lac se situant en territoire indien, le reste étant chinois.

 

Notre guide : Sangrup001 6859



001 1400Delhi A l’aller et au retour, nous passerons par Delhi. Même si l’objet de ce voyage n’est pas l’Inde à proprement parler, nous profiterons de l’occasion pour découvrir cette incroyable capitale qui en tout point s’oppose à l’atmosphère du Ladakh. Nous visiterons, entre autres, la vieille ville (Jama Masjid, Fort rouge, etc…) au début ou la fin de notre voyage, en fonction de nos horaires de vols. 

OPTION : EXTENSION RAJASTHAN ET/OU AGRA
 

001 0378De Delhi, il est très facile de se rentre à Agra pour y visiter le Taj Mahal, ou à Jaipur, la « ville rose » du Rajasthan, qui séduit toujours malgré sa circulation intense et son brouhaha incessant. En errant le long des avenues parsemées d'échoppes et de bazars spécialisés par corps de métier et deterrasses, on découvre de formidables lieux de vie. Jaipur, c’est aussi le vaste complexe palatial du City Palace (mélange d'architectures mogholes et râjasthânis), l'Observatoire astronomique, le fort d’Amber, et bien sûr le Palais des Vents (cf.photo ci-dessous n°1), autrefois réservé aux femmes du harem royal. Cette extension peut facilement s’organiser selon un triangle Delhi-Agra-Jaipur, mais il est bien sûr possible d’envisager un circuit plus complet, intégrant par exemple la « ville bleue » : Jodpuhr (cf.photo ci-dessous n°2).INDE Carte 1 319 pearson-doug-traditional-blue-architecture-jodhpur-rajastha

 

Pour plus d'informations sur ce voyage, pour vous inscrire

et/ou pour être tenus informés des prochains projets,

merci de m'envoyer un mail à l'adresse suivante :

brunochabanas@yahoo.fr 

 

Plus de photos du Ladakh : cliquez ici