26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 20:16

001 0043Voyager au Yunnan, qui est certainement la plus belle province de Chine, est toujours une expérience et un voyage à part. La proximité avec le Vietnam, le  Laos, la Birmanie et le Tibet donne à la province une identité propre, faite à la fois d’exotisme et d’authenticité.

Le Yunnan est constitué de plusieurs mondes : la région tropicale du Xishuangbanna, la région montagneuse au Sud dont le chef d’œuvre est les rizières en terrasses de Yuanyang, les plaines du centre de Jianshui à Kunming, les régions de minorités Bai (Dali et Shaxi) et Naxi (Lijiang), et enfin le pays tibétain du Shangri La.

Autant de différences culturelles et géographiques qui font du Yunnan une extraordinaire destination de voyage et une expérience riche et multiple…

001 0590

 

Notez qu'il s'agit d'un voyage pour un petit groupe, organisé à titre personnel et en aucun cas par l'Université.


POINTS FORTS DU SEJOUR :

 

LIJIANG ET SA REGION 

Lijiang 08Lijiang, surnommée "la Venise de l'Orient", se situe dans le nord-ouest du Yunnan, au sud-est du plateau tibétain. Son climat est d'une agréable douceur, et la région offre des paysages à couper le souffle : la Montagne du Dragon de Jade et son glacier maritime - le seul de ce genre dans la partie sud de l'hémisphère nord -, les Gorges du Saut du Tigre, le lac Lugu - berceau de la société matriarcale des Mosuo. La beauté de ces paysages et les trésors culturels que sont la culture Dongba, la musique Naxi, les peintures murales de Baisha, l’architecture de Lijiang et les coutumes uniques des Mosuo font de la région une étape indispensable dans un voyage au Yunnan.

Chine 2008 396

 

LE YUNNAN TIBETAIN 

Chine 2008 119L'expression Shangri-la vient du roman de J. Hilton, L'Horizon perdu, dans lequel trois pilotes américains, parcourant la route aérienne sino-indienne durant la seconde Guerre Mondiale, se sont écrasés dans un pays "d'éternité, de tranquillité et de paix". Ils évoquent "ses monts enneigés, ses prairies, ses plateaux à terre rouge, les trois rivières qui la traversent, ainsi que le peuple tibétain avec son thé couleur de neige et ses lamaseries". Aujourd'hui encore, le comté de Zhongdian est un paradis sauvage caché. Trois monts enneigés (Meili, Baimang, et Haba) dominent majestueusement le paysage, et deux fleuves le traversent : le Yangtzé et le Mékong. La région est dotée d’une grande richesse naturelle, et les 100.000 membres des ethnies locales (surtout des Tibétains) y vivent en harmonie. A Zhongdian se trouve le monastère Songzanlin, où vivent 800 lamas.

001 0808

RIZIERES, VILLAGES ET MINORITES DU SUD 

001 0060C’est au sud du Yunnan que l’on trouve les rizières en terrasses les plus spectaculaires de Chine. Situées tout autour de la vieille ville de Yuanyang, elles ont été sculptées dans les montagnes par la minorité Hani depuis plusieurs siècles. Les levers et les couchers de soleil sur les terrasses sont toujours des moments magiques, et constituent une réelle motivation pour atteindre cette région reculée et récemment ouverte aux voyageurs. On trouve également au sud du Yunnan la vieille ville de Jianshui, qui au premier coup d’œil ressemble à n’importe quelle autre ville chinoise, mais qui n’en recèle pas moins de grands trésors, notamment le temple de Confucius(deuxième plus grand de Chine) et la résidence de la famille Zhu, superbe demeure traditionnelle. Découvrir le sud du Yunnan, c’est enfin aller, de villages en villages, à la rencontre de nombreuses minorités ethniques dont nous pourrons découvrir les caractéristiques et la culture.

001 0443

DEROULEMENT DU VOYAGE

 

Sortir des sentiers battus…

Yuanyang 40J’ai choisi pour ce voyage une approche différente de celle des précédents séjours que j’ai organisés en Chine. Le parti-pris est celui d’une découverte de du pays dans ce qu’il a encore d’authentique, hors des sentiers touristiques habituels. Bien sûr, on ne pourra pas échapper à la visite de Lijiang, qui fait partie de beaucoup d’itinéraires touristiques – ne pas y aller serait d’ailleurs une grave erreur, tant la ville est belle. Mais autant que possible, nous nous éloignerons des lieux les plus fréquentés, pour découvrir de magnifiques paysages et aller à la rencontre des populations.

 

Hébergement

Sans titreJ’ai choisi, pour les étapes où cela était possible, des hôtels de bonne catégorie – en privilégiant le charme au luxe. Ce sera le cas à Kunming, où nous ferons étape par deux fois, mais aussi à Lijiang ou à Shangri La. En revanche, nous serons hébergés ailleurs dans des auberges ou des guest houses qui, bien que propres, proposent des conditions plus modestes. C’est le prix à payer pour sortir des sentiers battus… 

 

En avion, en bus… et à pied !

001 0745L’autre condition pour découvrir la Chine authentique, c’est de marcher ! Fort de l’expérience tentée cette année en Birmanie, je souhaite inclure dans mes voyages davantage de randonnées. Pour ce périple dans le Yunnan, j’ai prévu plusieurs marches de 2 à 5 heures. Même s’il ne s’agit pas de randonnées d’un haut niveau de difficulté, le voyage s’adresse donc à des personnes en bonne condition physique. Notez à ce sujet que la partie septentrionale du Yunnan est située entre 2.000 et 2.800 m d’altitude.


Tourisme et développement

Yuanyang 48L'agence avec laquelle j’ai organisé le voyage s’est engagée à consacrer chaque année une partie de ses recettes au soutien d’actions locales. 3€ par voyageur seront reversés à 3 œuvres humanitaires : « Couleurs de Chine » (parrainage pour la scolarisation de fillettes dans le Nord du Guangxi), « Lab Dra Khampa » (aide au développement et scolarisation d'enfants à Dzongsar dans le Sichuan) et « 3 Valleys Fundation » (construction d'écoles dans la région de Shangri La, où nous rendrons au cours du voyage).

 

Prix du voyage : environ 2.500 Euros    

 

Pour plus d'informations sur ce voyage

et/ou pour être tenus informés des prochains projets,

merci de m'envoyer un mail à l'adresse suivante :

brunochabanas@yahoo.fr 

 Chine 2008 049

Plus de photos de Chine...

Partager cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 12:45

Pingan

Voyager au Yunnan, qui est certainement la plus belle province de Chine, est toujours une expérience et un voyage à part. La proximité avec le Vietnam, le  Laos, la Birmanie et le Tibet donne à la province une identité propre, faite à la fois d’exotisme et d’authenticité. Le Yunnan est constitué de plusieurs mondes : la région tropicale du Xishuangbanna, la région montagneuse au Sud - dont le chef d’œuvre est les rizières en terrasses de Yuanyang - les plaines du centre de Jianshui à Kunming, les régions de minorités Bai (Dali et Shaxi) et Naxi (Lijiang), et enfin le pays tibétain du Shangri LaAutant de différences culturelles et géographiques qui font du Yunnan une extraordinaire destination de voyage et une expérience riche et multiple…

001 8595

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe, à titre personnel, et non par l'Université. 

 

Chine 2008 396

POINTS FORTS DU SEJOUR 

LIJIANG ET SA REGION 

001 0590Lijiang, surnommée "la Venise de l'Orient", se situe dans le nord-ouest du Yunnan, au sud-est du plateau tibétain. Son climat est d'une agréable douceur, et la région offre des paysages à couper le souffle : la Montagne du Dragon de Jade et son glacier maritime - le seul de ce genre dans la partie sud de l'hémisphère nord -, les Gorges du Saut du Tigre, le lac Lugu - berceau de la société matriarcale des Mosuo. La beauté de ces paysages et les trésors culturels que sont la culture Dongba, la musique Naxi, les peintures murales de Baisha, l’architecture de Lijiang et les coutumes uniques des Mosuo font de la région une étape indispensable dans un voyage au Yunnan.

Lijiang 08

LE YUNNAN TIBETAIN 

Chine 2008 119L'expression Shangri-la vient du roman de J. Hilton, L'Horizon perdu, dans lequel trois pilotes américains, parcourant la route aérienne sino-indienne durant la seconde Guerre Mondiale, se sont écrasés dans un pays "d'éternité, de tranquillité et de paix". Ils évoquent "ses monts enneigés, ses prairies, ses plateaux à terre rouge, les trois rivières qui la traversent, ainsi que le peuple tibétain avec son thé couleur de neige et ses lamaseries". Aujourd'hui encore, le comté de Zhongdian est un paradis sauvage caché. Trois monts enneigés (Meili, Baimang, et Haba) dominent majestueusement le paysage, et deux fleuves le traversent : le Yangtzé et le Mékong. La région est dotée d’une grande richesse naturelle, et les 100.000 membres des ethnies locales (surtout des Tibétains) y vivent en harmonie. A Zhongdian se trouve le monastère Songzanlin, où vivent 800 lamas.

Zhongdian

RIZIERES, VILLAGES ET MINORITES DU SUD 

001 0060C’est au sud du Yunnan que l’on trouve les rizières en terrasses les plus spectaculaires de Chine. Situées tout autour de la vieille ville de Yuanyang, elles ont été sculptées dans les montagnes par la minorité Hani depuis plusieurs siècles. Les levers et les couchers de soleil sur les terrasses sont toujours des moments magiques, et constituent une réelle motivation pour atteindre cette région reculée et récemment ouverte aux voyageurs. 

001 8655On trouve également au sud du Yunnan la vieille ville de Jianshui, qui au premier coup d’œil ressemble à n’importe quelle autre ville chinoise, mais qui n’en recèle pas moins de grands trésors, notamment le temple de Confucius(deuxième plus grand de Chine) et la résidence de la famille Zhu, superbe demeure traditionnelle. Découvrir le sud du Yunnan, c’est enfin aller, de villages en villages, à la rencontre de nombreuses minorités ethniques dont nous pourrons découvrir les caractéristiques et la culture.

Village 17

DEROULEMENT DU VOYAGE

Sortir des sentiers battus…

001 0808J’ai choisi pour ce voyage une approche différente de celle des précédents séjours que j’ai organisés en Chine. Le parti-pris est celui d’une découverte du pays dans ce qu’il a encore d’authentique, hors des sentiers touristiques habituels. Bien sûr, on ne pourra pas échapper à la visite de Lijiang, qui fait partie de beaucoup d’itinéraires touristiques – ne pas y aller serait d’ailleurs une grave erreur, tant la ville est belle. Mais autant que possible, nous nous éloignerons des lieux les plus fréquentés, pour découvrir de magnifiques paysages et aller à la rencontre des populations.

Guizhou

Hébergement

Sans titreJ’ai choisi, pour les étapes où cela était possible, des hôtels de bonne catégorie – en privilégiant le charme au luxe. Ce sera le cas à Kunming, Lijiang et Shangri La. En revanche, nous serons hébergés ailleurs dans des auberges ou des guest houses qui proposent des conditions plus modestes. C’est le prix à payer pour sortir des sentiers battus…

001 4581

Hébergement dans un village surplombant le fleuve Yangtsé.

En avion, en bus… et à pied !

001 0443L’autre condition pour découvrir la Chine authentique, c’est de marcher ! Pour ce périple dans le Yunnan, j’ai prévu plusieurs marches de 2 à 5 heures. Ce sont des balades qui ne sont pas très difficiles, et qui permettent de découvrir des régions magnifiques !

Xinmen

Tourisme et développement

Yuanyang 48L’agence avec laquelle j’ai organisé le voyage s’engage à consacrer chaque année une partie de ses recettes au soutien d’actions locales. 3 € par voyageur seront reversés à 3 œuvres humanitaires : « Couleurs de Chine » (parrainage pour la scolarisation de fillettes dans le Nord du Guangxi), « Lab Dra Khampa » (aide au développement et scolarisation d'enfants à Dzongsar dans le Sichuan) et « 3 Valleys Fundation » (construction d'écoles dans la région de Shangri La, où nous rendrons au cours du voyage).

Yuanyang 40

Plus de photos de Chine : cliquez ici

 

 

Partager cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 12:03

001 2210

 

 

Les points forts du voyage :

J’ai choisi de privilégier trois points forts. Je prends en effet le parti de ne pas tout voir, même si c’est pour vous un premier voyage en Birmanie. Je préfère choisir quelques lieux incontournables, et en faire une visite approfondie. C’est aussi une façon de ne pas perdre du temps et de la fatigue dans les transports, sachant que les routes birmanes ne sont pas toujours en très bon état. Nous pourrons ainsi profiter de ces lieux en n’ayant pas l’impression de faire un survol superficiel du pays…

 

Notez que ce voyage a été organisé à titre personnel, et en aucun cas par l'Université. Il s'agit d'un voyage conçu sur mesure pour un petit groupe.


001 1858Kyakthyio (Le rocher d’or) : un des sites les plus sacrés du bouddhisme... Véritable poumon spirituel de la Birmanie depuis le XIIIe siècle, le rocher d’Or est le principal lieu de pèlerinage des Birmans, qui le vénèrent depuis des générations. Le rocher est recouvert de milliers de feuilles d'or, symbolisant les offrandes des pèlerins. C'est un cheveu de Bouddha qui, dit-on, le maintiendrait dans l’équilibre instable qui le caractérise. L’atmosphère du site est envoûtante : pagodes se découpant sur le ciel dans un paysage sauvage de montagnes, ambiance de dévotion et de magie, particulièrement à la tombée de la nuit. Tout est prévu pour ces pèlerins : des échoppes permettent un ravitaillement sommaire, des halls accueillent les personnes pour un bref sommeil, des magasins de  « souvenirs » sont même présents et toutes les offrandes, des bâtons d’encens aux offrandes alimentaires en passant par les fleurs, font l’objet d’un commerce lucratif pour les moines…

  001 0244 (2)

 

001 0076Bagan : La plaine de Bagan est l’ensemble historique le plus important d'Asie, s'étendant sur 42 km², avec ses 2200 temples et pagodes à perte de vue. Résumé de l'architecture religieuse birmane, c'est un endroit fabuleux où les édifices religieux de tous les styles se mêlent le long de l'Irrawaddy dans un décor de terres ocre sombre. Il ne faut manquer ni les levers, ni les couchers de soleil, il faut s'attarder dans des pagodes désertes, y prendre son temps... Du Xe siècle à la fin du XIIIe s., les rois de la cité de Bagan, soutenus par les richesses de l’Empire qu’ils avaient fondé, connurent près de 3 siècles de prospérité, de grandeur, de puissance et de rayonnement religieux. Ce ne sont pas moins de 7000 pagodes et temples qui y furent édifiés. Remarquablement conservés, ils permettent de s’immerger dans la culture, les légendes et l’iconographie de ce prestigieux empire.

001 0064

LE LAC INLE est un lac d'eau douce situé dans les montagnes de l'État Shan, dans l'est du pays. C'est le second plus grand lac - d’environ 12 000 ha - et un des plus hauts, à 884 m. Sa profondeur moyenne n'est que de 2,10 m à la saison sèche mais elle peut dépasser 4 m à la saison des pluies. La population 001 0136(environ 70 000 personnes) est constituée principalement d'Inthas, de Shans, de Taungyo, Pa-O (Taungthu), Danus, Kayah, Danaw mais aussi de Birmans. Ils vivent dans quatre villes au bord du lac, dans de nombreux petits villages sur ses berges et sur le lac lui-même, dans des maisons de bois et de bambou tressé sur pilotis. Ils sont surtout pêcheurs et fermiers. Les transports sur le lac se font par bateau, soit pirogues traditionnelles, avec ce style unique des pêcheurs d'Inle qui rament debout en enroulant une jambe autour d'une pagaie tout en tenant leur piège à poissons en vannerie. Une randonnée (optionnelle) d’une journée est prévue pour découvrir les très beaux paysages de l’Etat shan et les villages de minorités ethniques.

Inle 019

Nous aurons également l’occasion de voir YANGON, au début et à la fin de notre voyage, mais même si la ville présente de nombreux intérêts, je préfère privilégier les trois lieux précédents.

001 2876     

Plus de photos de Birmanie...

Partager cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 12:06

Inde-du-nord-2009 1336Voyage de groupe en INDE du 22 février au 07 mars 2013  

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Terre de mémoire, habitée depuis le XIIe siècle par d'intrépides guerriers rajpoutes qui se prétendaient les descendants du Soleil, de la Lune ou du Feu, regroupés en clans autour de quelques puissantes familles, dont les princes vivaient dans des forteresses imprenables ou dans de somptueux palais... Terre de religion où les temples sont d'une grande beauté, dentelles de marbre parées de sculptures de divinités aux formes dansantes et rondes. Terre de couleurs, du turban des hommes, rose, rouge ou jaune aux jupes des femmes, brodées de fils d'or ou d'argent et incrustées de miroirs, autant de signes de vie qui explosent dans l'ocre du désert. Mais aussi spiritualité d’une densité exceptionnelle comme à Varanasi (Benares) ou Khajuraho, qui transforme le voyage en expérience inoubliable.

 

Points forts du voyage :

 

Inde-du-nord-2009 0189■ JAIPUR, la « ville rose » du Rajasthan, est surtout connue pour le Palais des Vents, le Hawa Mahal. Mais Jaipur, c’est aussi le Palais de la Cité (partie du complexe palatial qui appartient toujours à la famille royale) ; l’observatoire de Jantar Mantar, construit en 1728, qui bien que situé au cœur d'une ville turbulente, l'observatoire est baigné d’une atmosphère tranquille et sereine ; la forteresse d’Amber et le Palais de l’Eau, situé au milieu d’un petit lac couvert de jacinthes : un faux palais, constitué d’une structure architecturale à la fois fantaisiste et fonctionnelle qui permettait aux femmes de la cour de contempler le spectacle de la rue à l'abri des regards indiscrets.

 

Inde-du-nord-2009 1464■ AGRA, et le Taj Mahal... Edifié en 1653 après 17 ans de travaux effectués par 20.000 hommes, c’est le monument funéraire de l’épouse préférée de Shah Jahan et l’un des plus beaux gestes d’amour incarné dans une architecture pure et émouvante. Agra, c’est aussi le fort, cette puissante forteresse en grès rouge, véritable labyrinthe de palais, de cours et de pavillons, qui offre une harmonieuse synthèse des arts musulman, persan et hindou.

 

■ ORCCHA est une belle cité médiévale, dont on peut apprécier le calme : une étape idéale en Inde… ! La ville se trouve à une dizaine de kilomètres au sud de Jhansi sur un plateau entouré de petites montagnes formant ainsi un site aisément défendable. Certains palais abritent en leur sein les plus belles peintures de l’école de Bundela.

Orccha-Panorama-02.TIF

 Khajuraho-03■ KHAJURAHO : La petite ville de Khajuraho est connue dans le monde entier pour ses temples. La réputation du site tient beaucoup aux magnifiques statues qui ornent les murs des temples et qui détaillent la vie indienne de l'époque avec ses divinités, ses animaux, ses artistes et aussi ses poses du Kamasutra.

 

INDE Carte 1 588 - Copie■ BENARES (Varanasi) est la cité la plus sacrée d’Inde. Cette visite reste une des expériences les plus fortes du voyageur qui découvre l’Inde. La plus célèbre des sept villes saintes de l’hindouisme s’étire le long du Gange. Un lieu unique au monde où vie et mort se côtoient de façon inextricable. Une visite de Varanasi est aussi l’occasion de découvrir Sarnath, lieu très important de pèlerinage bouddhiste où le Bouddha historique enseigna pour la première fois sa doctrine.

 

INDE Carte 2 224■ CALCUTTA (Kolkata) : Ancienne capitale de l'Inde britannique, haut lieu de la renaissance hindoue au XIXe siècle et plus tard bastion communiste, cette cité mythique, qui a pu apparaître un temps comme un des pôles révolutionnaires potentiels de l'Asie, symbolise souvent la misère que connaissent les grandes agglomérations des pays en voie de développement. Mais Calcutta a conservé son cachet, opposant au cœur autrefois britannique celui d’une Inde polymorphe et multiconfessionnelle.

Partager cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 12:39

001 0043Voyager au Yunnan, qui est certainement la plus belle province de Chine, est toujours une expérience et un voyage à part. La proximité avec le Vietnam, le  Laos, la Birmanie et le Tibet donne à la province une identité propre, faite à la fois d’exotisme et d’authenticité. Le Yunnan est constitué de plusieurs mondes : la région tropicale du Xishuangbanna, la région montagneuse au Sud - dont le chef d’œuvre est les rizières en terrasses de Yuanyang - les plaines du centre de Jianshui à Kunming, les régions de minorités Bai (Dali et Shaxi) et Naxi (Lijiang), et enfin le pays tibétain du Shangri LaAutant de différences culturelles et géographiques qui font du Yunnan une extraordinaire destination de voyage et une expérience riche et multiple…

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe, à titre personnel, et non par l'Université.  

 

Chine 2008 396

POINTS FORTS DU SEJOUR 

LIJIANG ET SA REGION 

001 0590Lijiang, surnommée "la Venise de l'Orient", se situe dans le nord-ouest du Yunnan, au sud-est du plateau tibétain. Son climat est d'une agréable douceur, et la région offre des paysages à couper le souffle : la Montagne du Dragon de Jade et son glacier maritime - le seul de ce genre dans la partie sud de l'hémisphère nord -, les Gorges du Saut du Tigre, le lac Lugu - berceau de la société matriarcale des Mosuo. La beauté de ces paysages et les trésors culturels que sont la culture Dongba, la musique Naxi, les peintures murales de Baisha, l’architecture de Lijiang et les coutumes uniques des Mosuo font de la région une étape indispensable dans un voyage au Yunnan.

LE YUNNAN TIBETAIN 

Chine 2008 119L'expression Shangri-la vient du roman de J. Hilton, L'Horizon perdu, dans lequel trois pilotes américains, parcourant la route aérienne sino-indienne durant la seconde Guerre Mondiale, se sont écrasés dans un pays "d'éternité, de tranquillité et de paix". Ils évoquent "ses monts enneigés, ses prairies, ses plateaux à terre rouge, les trois rivières qui la traversent, ainsi que le peuple tibétain avec son thé couleur de neige et ses lamaseries". Aujourd'hui encore, le comté de Zhongdian est un paradis sauvage caché. Trois monts enneigés (Meili, Baimang, et Haba) dominent majestueusement le paysage, et deux fleuves le traversent : le Yangtzé et le Mékong. La région est dotée d’une grande richesse naturelle, et les 100.000 membres des ethnies locales (surtout des Tibétains) y vivent en harmonie. A Zhongdian se trouve le monastère Songzanlin, où vivent 800 lamas.

RIZIERES, VILLAGES ET MINORITES DU SUD 

001 0060C’est au sud du Yunnan que l’on trouve les rizières en terrasses les plus spectaculaires de Chine. Situées tout autour de la vieille ville de Yuanyang, elles ont été sculptées dans les montagnes par laminorité Hani depuis plusieurs siècles. Les levers et les couchers de soleil sur les terrasses sont toujours des moments magiques, et constituent une réelle motivation pour atteindre cette région reculée et récemment ouverte aux voyageurs. On trouve également au sud du Yunnan la vieille ville de Jianshui, qui au premier coup d’œil ressemble à n’importe quelle autre ville chinoise, mais qui n’en recèle pas moins de grands trésors, notamment le temple de Confucius(deuxième plus grand de Chine) et la résidence de la famille Zhu, superbe demeure traditionnelle. Découvrir le sud du Yunnan, c’est enfin aller, de villages en villages, à la rencontre de nombreuses minorités ethniques dont nous pourrons découvrir les caractéristiques et la culture.

Village 17

DEROULEMENT DU VOYAGE

Sortir des sentiers battus…

001 0808J’ai choisi pour ce voyage une approche différente de celle des précédents séjours que j’ai organisés en Chine. Le parti-pris est celui d’une découverte du pays dans ce qu’il a encore d’authentique, hors des sentiers touristiques habituels. Bien sûr, on ne peut pas échapper à la visite de Lijiang, qui fait partie de beaucoup d’itinéraires touristiques – ne pas y aller serait d’ailleurs une grave erreur, tant la ville est belle. Mais autant que possible, nous nous éloignons des lieux les plus fréquentés, pour découvrir de magnifiques paysages et aller à la rencontre des populations.

Hébergement

Sans titreJ’ai choisi, pour les étapes où cela était possible, des hôtels de bonne catégorie – en privilégiant le charme au luxe. C'est le cas à Kunming, Lijiang et Shangri La. En revanche, nous sommes hébergés ailleurs dans des auberges ou des guest houses qui proposent des conditions plus modestes. C’est le prix à payer pour sortir des sentiers battus…

En avion, en bus… et à pied !

001 0443L’autre condition pour découvrir la Chine authentique, c’est de marcher ! Pour ce périple dans le Yunnan, j’ai prévu plusieurs marches de 2 à 5 heures. 

Tourisme et développement

Yuanyang 48L’agence avec laquelle j’ai organisé le voyage s’engage à consacrer chaque année une partie de ses recettes au soutien d’actions locales. 3 € par voyageur sont reversés à 3 œuvres humanitaires : « Couleurs de Chine » (parrainage pour la scolarisation de fillettes dans le Nord du Guangxi), « Lab Dra Khampa » (aide au développement et scolarisation d'enfants à Dzongsar dans le Sichuan) et « 3 Valleys Fundation » (construction d'écoles dans la région de Shangri La, où nous rendrons au cours du voyage).

Partager cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 19:51

 

Voyage de groupe en BIRMANIE du 8 au 21 avril 2012.

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Yangon - Shwedagon« Le lac Inle est un vaste plan d'eau peu profonde, d'un bleu laiteux, serti dans une couronne de montagnes en dents de scie. Les femmes qui rament avec leurs pieds sont d'une grande beauté. Le pêcheur, à la proue de son bateau, se tient en équilibre sur une jambe et enroule l'autre autour de la rame. Le fond du lac étant tapissé d'algues, il doit chercher le poisson-chat en traquant les bulles d'air. Un sentiment de paix m'envahit. Je savais que, non loin de là, à la frontière avec la Thaïlande, les artilleries birmane et thaïlandaise échangent des obus à longueur de journée. Dans les montagnes qui dominent le lac Inle, les tribus séparatistes Chan combattent le gouvernement de Rangoon. Cela n'empêche pas le lac de tout envelopper dans une brume bleutée. A la fin de la journée, le soleil couchant donne au ciel la couleur du jus de bétel. Dans les canaux boueux creusés au milieu des rizières, de petits garçons se promènent à dos de buffles. C'est très amusant d'emmener un buffle au bain. Perché entre ses cornes, on se glisse dans l'eau le long de son museau et on fait une promenade sous-marine, accroché fermement aux oreilles de l'animal. Sur la surface lisse du lac Inle, des tapis de jacinthes d'eau dérivent lentement. La population locale les attache ensemble pour en faire des jardins flottants où se cultivent concombres et tomates. Mais ces potagers sont si légers qu'ils se disloquent facilement, aussi faut-il les ancrer au fond des eaux peu profondes avec de longs piquets de bambou enfoncés dans la vase. C'est cela aussi le Myanmar, une beauté changeante, scintillante et fragile, le cœur percé de pieux acérés. »

Christopher Hope, in Daily Telegraph :

« Myanmar : paradis terrestre ou enfer totalitaire ? » 

Inle - Monastère Shwe yan Pyay-copie-1

Points forts du voyage :

 

Rocher d'or - Matin■ KYAKTHYIO (Le rocher d’or) : un des sites les plus sacrés du bouddhisme... Véritable poumon spirituel de la Birmanie depuis le XIIIe siècle, le rocher d’Or est le principal lieu de pèlerinage des Birmans, qui le vénèrent depuis des générations. Le rocher est recouvert de milliers de feuilles d'or, symbolisant les offrandes des pèlerins. C'est un cheveu de Bouddha qui, dit-on, le maintiendrait dans l’équilibre instable qui le caractérise. L’atmosphère du site est envoûtante : pagodes se découpant sur le ciel dans un paysage sauvage de montagnes, ambiance de dévotion et de magie, particulièrement à la tombée de la nuit. Tout est prévu pour ces pèlerins : des échoppes permettent un ravitaillement sommaire, des halls accueillent les personnes pour un bref sommeil, des magasins de  « souvenirs » sont même présents et toutes les offrandes, des bâtons d’encens aux offrandes alimentaires en passant par les fleurs, font l’objet d’un commerce lucratif pour les moines…


Bagan - Dhammayangyi■ BAGAN : La plaine de Bagan est l’ensemble historique le plus important d'Asie, s'étendant sur 42 km², avec ses 2200 temples et pagodes à perte de vue. Résumé de l'architecture religieuse birmane, c'est un endroit fabuleux où les édifices religieux de tous les styles se mêlent le long de l'Irrawaddy dans un décor de terres ocre sombre. Il ne faut manquer ni les levers, ni les couchers de soleil, il faut s'attarder dans des pagodes désertes, y prendre son temps... Du Xe siècle à la fin du XIIIe s., les rois de la cité de Bagan, soutenus par les richesses de l’Empire qu’ils avaient fondé, connurent près de 3 siècles de prospérité, de grandeur, de puissance et de rayonnement religieux. Ce ne sont pas moins de 7000 pagodes et temples qui y furent édifiés. Remarquablement conservés, les 2200 pagodes et temples visibles de nos jours permettent de s’immerger tant dans la culture, les légendes que l’iconographie de ce prestigieux empire.

 

Lac Inle (4)■ LE LAC INLE est un lac d'eau douce situé dans les montagnes de l'Etat Shan, dans l'est du pays. C'est le second plus grand lac - d’environ 12 000 ha - et un des plus hauts, à 884 m. Sa profondeur moyenne n'est que de 2,10 m à la saison sèche mais elle peut dépasser 4 m à la saison des pluies. La population (environ 70 000 personnes) est constituée principalement d'Inthas, de Shans, de Taungyo, Pa-O (Taungthu), Danus, Kayah, Danaw mais aussi de Birmans. Ils vivent dans quatre villes au bord du lac, dans de nombreux petits villages sur ses berges et sur le lac lui-même, dans des maisons de bois et de bambou tressé sur pilotis. Ils sont surtout pêcheurs et fermiers. Les transports sur le lac se font par bateau, soit pirogues traditionnelles, avec ce style unique des pêcheurs d'Inle qui rament debout en enroulant une jambe autour d'une pagaie tout en tenant leur piège à poissons en vannerie.

Lac Inle (2)

Partager cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:51

 

Voyage de groupe en BIRMANIE du 12 au 25 février.

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Lac Inle« Le lac Inle est un vaste plan d'eau peu profonde, d'un bleu laiteux, serti dans une couronne de montagnes en dents de scie. Les femmes qui rament avec leurs pieds sont d'une grande beauté. Le pêcheur, à la proue de son bateau, se tient en équilibre sur une jambe et enroule l'autre autour de la rame. Le fond du lac étant tapissé d'algues, il doit chercher le poisson-chat en traquant les bulles d'air. Un sentiment de paix m'envahit. Je savais que, non loin de là, à la frontière avec la Thaïlande, les artilleries birmane et thaïlandaise échangent des obus à longueur de journée. Dans les montagnes qui dominent le lac Inle, les tribus séparatistes Chan combattent le gouvernement de Rangoon. Cela n'empêche pas le lac de tout envelopper dans une brume bleutée. A la fin de la journée, le soleil couchant donne au ciel la couleur du jus de bétel. Dans les canaux boueux creusés au milieu des rizières, de petits garçons se promènent à dos de buffles. C'est très amusant d'emmener un buffle au bain. Perché entre ses cornes, on se glisse dans l'eau le long de son museau et on fait une promenade sous-marine, accroché fermement aux oreilles de l'animal. Sur la surface lisse du lac Inle, des tapis de jacinthes d'eau dérivent lentement. La population locale les attache ensemble pour en faire des jardins flottants où se cultivent concombres et tomates. Mais ces potagers sont si légers qu'ils se disloquent facilement, aussi faut-il les ancrer au fond des eaux peu profondes avec de longs piquets de bambou enfoncés dans la vase. C'est cela aussi le Myanmar, une beauté changeante, scintillante et fragile, le cœur percé de pieux acérés. »

Christopher Hope, in Daily Telegraph :

« Myanmar : paradis terrestre ou enfer totalitaire ? » 

Bagan

 

Points forts du voyage :

 

Le rocher d'or■ KYAKTHYIO (Le rocher d’or) : un des sites les plus sacrés du bouddhisme... Véritable poumon spirituel de la Birmanie depuis le XIIIe siècle, le rocher d’Or est le principal lieu de pèlerinage des Birmans, qui le vénèrent depuis des générations. Le rocher est recouvert de milliers de feuilles d'or, symbolisant les offrandes des pèlerins. C'est un cheveu de Bouddha qui, dit-on, le maintiendrait dans l’équilibre instable qui le caractérise. L’atmosphère du site est envoûtante : pagodes se découpant sur le ciel dans un paysage sauvage de montagnes, ambiance de dévotion et de magie, particulièrement à la tombée de la nuit. Tout est prévu pour ces pèlerins : des échoppes permettent un ravitaillement sommaire, des halls accueillent les personnes pour un bref sommeil, des magasins de  « souvenirs » sont même présents et toutes les offrandes, des bâtons d’encens aux offrandes alimentaires en passant par les fleurs, font l’objet d’un commerce lucratif pour les moines…


Bagan■ BAGAN : La plaine de Bagan est l’ensemble historique le plus important d'Asie, s'étendant sur 42 km², avec ses 2200 temples et pagodes à perte de vue. Résumé de l'architecture religieuse birmane, c'est un endroit fabuleux où les édifices religieux de tous les styles se mêlent le long de l'Irrawaddy dans un décor de terres ocre sombre. Il ne faut manquer ni les levers, ni les couchers de soleil, il faut s'attarder dans des pagodes désertes, y prendre son temps... Du Xe siècle à la fin du XIIIe s., les rois de la cité de Bagan, soutenus par les richesses de l’Empire qu’ils avaient fondé, connurent près de 3 siècles de prospérité, de grandeur, de puissance et de rayonnement religieux. Ce ne sont pas moins de 7000 pagodes et temples qui y furent édifiés. Remarquablement conservés, les 2200 pagodes et temples visibles de nos jours permettent de s’immerger tant dans la culture, les légendes que l’iconographie de ce prestigieux empire.

 

Lac Inle■ LE LAC INLE est un lac d'eau douce situé dans les montagnes de l'Etat Shan, dans l'est du pays. C'est le second plus grand lac - d’environ 12 000 ha - et un des plus hauts, à 884 m. Sa profondeur moyenne n'est que de 2,10 m à la saison sèche mais elle peut dépasser 4 m à la saison des pluies. La population (environ 70 000 personnes) est constituée principalement d'Inthas, de Shans, de Taungyo, Pa-O (Taungthu), Danus, Kayah, Danaw mais aussi de Birmans. Ils vivent dans quatre villes au bord du lac, dans de nombreux petits villages sur ses berges et sur le lac lui-même, dans des maisons de bois et de bambou tressé sur pilotis. Ils sont surtout pêcheurs et fermiers. Les transports sur le lac se font par bateau, soit pirogues traditionnelles, avec ce style unique des pêcheurs d'Inle qui rament debout en enroulant une jambe autour d'une pagaie tout en tenant leur piège à poissons en vannerie.

Bagan

 

 

Partager cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 13:53

 

  Voyage de groupe en BIRMANIE du 25 février au 13 mars 2011.

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Yangon - Shwedagon« Le lac Inle est un vaste plan d'eau peu profonde, d'un bleu laiteux, serti dans une couronne de montagnes en dents de scie. Les femmes qui rament avec leurs pieds sont d'une grande beauté. Le pêcheur, à la proue de son bateau, se tient en équilibre sur une jambe et enroule l'autre autour de la rame. Le fond du lac étant tapissé d'algues, il doit chercher le poisson-chat en traquant les bulles d'air. Un sentiment de paix m'envahit. Je savais que, non loin de là, à la frontière avec la Thaïlande, les artilleries birmane et thaïlandaise échangent des obus à longueur de journée. Dans les montagnes qui dominent le lac Inle, les tribus séparatistes Chan combattent le gouvernement de Rangoon. Cela n'empêche pas le lac de tout envelopper dans une brume bleutée. A la fin de la journée, le soleil couchant donne au ciel la couleur du jus de bétel. Dans les canaux boueux creusés au milieu des rizières, de petits garçons se promènent à dos de buffles. C'est très amusant d'emmener un buffle au bain. Perché entre ses cornes, on se glisse dans l'eau le long de son museau et on fait une promenade sous-marine, accroché fermement aux oreilles de l'animal. Sur la surface lisse du lac Inle, des tapis de jacinthes d'eau dérivent lentement. La population locale les attache ensemble pour en faire des jardins flottants où se cultivent concombres et tomates. Mais ces potagers sont si légers qu'ils se disloquent facilement, aussi faut-il les ancrer au fond des eaux peu profondes avec de longs piquets de bambou enfoncés dans la vase. C'est cela aussi le Myanmar, une beauté changeante, scintillante et fragile, le cœur percé de pieux acérés. »

Christopher Hope, in Daily Telegraph :

« Myanmar : paradis terrestre ou enfer totalitaire ? » 

Inle - Monastère Shwe yan Pyay-copie-1

Points forts du voyage :

 

Rocher d'or - MatinKyakthyio (Le rocher d’or) : un des sites les plus sacrés du bouddhisme... Véritable poumon spirituel de la Birmanie depuis le XIIIe siècle, le rocher d’Or est le principal lieu de pèlerinage des Birmans, qui le vénèrent depuis des générations. Le rocher est recouvert de milliers de feuilles d'or, symbolisant les offrandes des pèlerins. C'est un cheveu de Bouddha qui, dit-on, le maintiendrait dans l’équilibre instable qui le caractérise. L’atmosphère du site est envoûtante : pagodes se découpant sur le ciel dans un paysage sauvage de montagnes, ambiance de dévotion et de magie, particulièrement à la tombée de la nuit. Tout est prévu pour ces pèlerins : des échoppes permettent un ravitaillement sommaire, des halls accueillent les personnes pour un bref sommeil, des magasins de  « souvenirs » sont même présents et toutes les offrandes, des bâtons d’encens aux offrandes alimentaires en passant par les fleurs, font l’objet d’un commerce lucratif pour les moines…

 

Entre Bago et MoulmeinMOULMEIN possède ce charme suranné des villes portuaires... Moulmein se trouve dans l’Etat Môn, qui est l’un des plus sauvages du pays. On est là au cœur de la Birmanie, loin des routes habituellement empruntées par le tourisme.Véritable Jérusalem birmane, elle est tour à tour bouddhiste, chrétienne, musulmane et hindoue. Ces multiples facettes religieuses sont l’héritage d’anciens échanges commerciaux d’abord avec l’Inde puis avec l’Arabie. Moulmein fut le premier point d'introduction du Bouddhisme en Birmanie dès le IVème siècle. On y trouve donc de très nombreux vestiges religieux. La chaîne de collines qui domine toute la ville regorge, parmi sa végétation luxuriante, de milliers de pagodes. Chaque temple découvert semble être une nouvelle aventure… comme par exemple la pagode de Kyaik Than Lan, que Kipling rendit célèbre dans son livre Sur la route de Mandalay.


Bagan - Dhammayangyi■ Bagan : La plaine de Bagan est l’ensemble historique le plus important d'Asie, s'étendant sur 42 km², avec ses 2200 temples et pagodes à perte de vue. Résumé de l'architecture religieuse birmane, c'est un endroit fabuleux où les édifices religieux de tous les styles se mêlent le long de l'Irrawaddy dans un décor de terres ocre sombre. Il ne faut manquer ni les levers, ni les couchers de soleil, il faut s'attarder dans des pagodes désertes, y prendre son temps... Du Xe siècle à la fin du XIIIe s., les rois de la cité de Bagan, soutenus par les richesses de l’Empire qu’ils avaient fondé, connurent près de 3 siècles de prospérité, de grandeur, de puissance et de rayonnement religieux. Ce ne sont pas moins de 7000 pagodes et temples qui y furent édifiés. Remarquablement conservés, les 2200 pagodes et temples visibles de nos jours permettent de s’immerger tant dans la culture, les légendes que l’iconographie de ce prestigieux empire.

 

horden-cC3-vBRTqdA-hd■ LE MONT POPA est un volcan éteint, connu sous le nom du « Mont Olympe » de Birmanie. Au sud-ouest du volcan, se trouve une ancienne cheminée volcanique sur laquelle fut construit un monastère bouddhiste, le Taung Palat. Des centaines de singes vivent sur ses flancs, accompagnant les pèlerins qui gravissent à pied les 700 marches pour faire leurs dévotions aux 37 Nats (esprits) qui veillent sur les Birmans. Il y a fort longtemps, des milliers d’animaux leur étaient sacrifiés, mais la « bouddhisation » des Nats par le roi Anawrahta mit fin à ces pratiques.

 

Lac Inle (4)■ LE LAC INLE est un lac d'eau douce situé dans les montagnes de l'Etat Shan, dans l'est du pays. C'est le second plus grand lac - d’environ 12 000 ha - et un des plus hauts, à 884 m. Sa profondeur moyenne n'est que de 2,10 m à la saison sèche mais elle peut dépasser 4 m à la saison des pluies. La population (environ 70 000 personnes) est constituée principalement d'Inthas, de Shans, de Taungyo, Pa-O (Taungthu), Danus, Kayah, Danaw mais aussi de Birmans. Ils vivent dans quatre villes au bord du lac, dans de nombreux petits villages sur ses berges et sur le lac lui-même, dans des maisons de bois et de bambou tressé sur pilotis. Ils sont surtout pêcheurs et fermiers. Les transports sur le lac se font par bateau, soit pirogues traditionnelles, avec ce style unique des pêcheurs d'Inle qui rament debout en enroulant une jambe autour d'une pagaie tout en tenant leur piège à poissons en vannerie.

Lac Inle (2)

Partager cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 18:57

 

Japon-2010 8672 Voyage de groupe au JAPON du 22 octobre au 2 novembre 2010.  

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Cette année, nous avons découvert les jardins et l’art floral sous ses différentes formes, ainsi que son architecture, traditionnelle et contemporaine. Le jardin japonais se trouve partout : dans les maisons privées,  les parcs, les temples bouddhistes, les sanctuaires shintoïstes ou encore les châteaux… C’est dans ces lieux variés, à l’atmosphère magique, que nous avons évolué tout au long de ce voyage. Au Japon, l’aménagement des jardins est un art aussi important et respecté que la calligraphie, avec laquelle il partage le même code esthétique. À l’inverse des jardins occidentaux à la composition géométrique, les jardins japonais cherchent à interpréter et idéaliser la nature tout en limitant l’apport d’artifices. Cet accent mis sur les jardins a bien sûr été conjugué à une visite globale de ce pays fascinant et notamment de deux de ses villes clés, Tokyo et Osaka. Nous y avons découvert aussi bien de vieilles traditions, liées à la cuisine, aux geishas et à leurs magnifiques kimonos qu’une architecture époustouflante et un mode de vie à nul autre pareil. Nous avons en particulier visité des réalisations architecturales de Tadao Ando et de Tange Kenzo.

 

Points forts du voyage :

 

■ TOKYO : Le temple shintoïste de la famille impériale au milieu d’un parc tranquille et majestueux, le Japon-2010 8376quartier de Ginza, le pont de Jinghu-bashi - lieu de rencontre dominicale de la jeunesse tokyoïte mi-branchée mi-marginale - la rue d’Omotesando - celle des boutiques branchées ayant fait leur nid dans des réalisations architecturales des plus grands créateurs actuels (Toyo Ito, Waro Kishi, etc...), c’est le mélange qu’offre la capitale. Tokyo, c’est aussi Rappongi, qui regroupe dans un périmètre restreint centres design, musées privés et boutiques de luxe ; le National Art Center et le 21_21 qui présentent la création la plus actuelle ; le Suntory Museum, construit par Kengo Kuma, qui propose des expositions temporaires de qualité concernant l’art traditionnel japonais ; et le Mori Museum, situé en haut de la tour du même nom et dont les expositions bénéficient en général d’une mise en scène épurée et inventive.

 

Mont-Fuji-Wallpaper■ HAKONE : C’est un des endroits idéaux pour voir le Mont Fuji-Yama tout en se promenant dans une nature généreuse et multiple : sources chaudes volcaniques d’Owakudani, le « chemin de corde » d’Hakone et son musée de sculptures en plein air, le mont Komaga-take et le lac Ashi sur lequel il est possible de faire petite croisière.

 

Japon-2010 8466

■ NARA : Un parcours pédestre permet de découvrir les merveilles de cette très ancienne capitale impériale : le parc aux daims, mondialement connu pour son millier d’animaux qui se baladent librement dans un vaste territoire ouvert au public et sur lequel se situent quelques-uns des plus beaux temples japonais, comme le Todaiji avec sa gigantesque statue en bronze de Bouddha ou encore le sanctuaire shinto de Kasuga, connu pour ses centaines de vieilles lanternes en pierre perdues dans la belle forêt qui le jouxte. Et un peu en dehors de Nara, il faut visiter le temple Horyuji, le plus ancien du Japon, qui recèle quelques trésors et à la particularité d’être une des plus vieilles structures en bois du monde.

 

Japon-2010 8602■ KYOTO est une ville fascinante, aux richesses innombrables, liées à son passé de capitale durant de nombreux siècles. On peut y visiter le château de Nijo, dont les grandes pièces sont séparées par de superbes paravents à la feuille d’or, et qui est également entouré d’un grand jardin dessiné par le maître de thé et de jardins Kobori Enshû ; le très beau jardin du sanctuaire d’Heian-Jingu, représentatif des jardins de l’époque Heian ; le vieux temple de Kiyomizu-dera et sa cascade sacrée ; et bien sûr, le fameux Pavillon d’Or, dont l’étang et le jardin sont particulièrement délicats. Quant au temple de Ryoan-ji, il constitue une excellente introduction aux jardins de style kare-sansui (paysages secs) : à l’abri de murs de terre, une quinzaine de rochers figurent des écueils dans une mer de sable. Pour compléter la visite de Kyoto, il faut se balader dans le quartier des geishas et des divertissements, le Gion


Japon-2010 8668

 

Japon-2010 0598■ HIROSHIMA : Le Parc de la Paix, le Mémorial National de la Paix, le cénotaphe conservant le nom des victimes de la bombe, le Genbaku Dome et bien sûr l’excellent musée, tout ici est une leçon d’histoire. Mais Hiroshima, c’est aussi la possibilité d’une excursion sur l’île de Miyajima, qui est un des joyaux de la côte de Sando : on y trouve le fameux torii rouge à moitié immergé dans l’eau qui donne à l’île entière un caractère sacré et le sanctuaire d’Itsukushima-jinja. Sur cette île se trouve, en plus du temple, la pagode de quatre étage surplombant le sanctuaire, le Montmisen, la maison du trésor et le musée municipal de l’Histoire et du Folklore.

Japon-2010 8867■ KOBE et OSAKA permettent de découvrirquelques réalisations majeures de Tadao Ando, enfant de la région, notamment le Hyogo Prefectural Museum of Art de Kobe, sa Row House à Sumiyoshi et le Suntory Museum d’Osaka.

Japon-2010 9033

 

 

Partager cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 13:51

 

03- Luang Prabang - 01 Voyage de groupe au VIETNAM, LAOS et CAMBODGE du 10 au 25 avril 2010.  

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Ce voyage en Indochine nous a emmené à la découverte de trois magnifiques pays de l’Asie du Sud-Est : le Vietnam, le Laos et le Cambodge. Il n’est évidemment pas possible de tout voir en deux semaines, mais nous avons pu tout de même apprécier l’essence de chacun d’eux, avec leurs spécificités et leur magie propre. Au Vietnam, c’est la nature et les minorités ethniques qui ont occupé l’essentiel du programme, avec la fantastique baie d’Ha Long que nous avons admirée en bateau privé au cours d’une croisière. Nous avons vu aussi de nombreux villages, où nous avons pu rencontrer la population, composée de multiples minorités ethniques. Puis le Laos, trésor de spiritualité vivante, notamment à Luang Prabang, dont nous avons découvert les merveilles à un rythme paisible. Notre voyage s’est terminé par le Cambodge, avec bien sûr son site fabuleux d’Angkor Wat qui nous a dévoilé ses mystères, avant de nous immerger dans la vie contemporaine de Phnom Penh. Vietnam, Laos, Cambodge, un merveilleux mélange de beautés naturelles, de cultures variées, et d’histoire.

 

Hanoi OperPoints forts du voyage :


 ■ HANOI (Vietnam) : La visite de la ville passe par ses nombreux monuments historiques (cf. opéra, photo ci-contre), ainsi que par le  Lac de l'Epée Restituée et  le Temple de la Littérature. Hanoi, c’est aussi le vieux quartier, sans doute l’endroit le plus vivant de la ville, composé de milliers de petites échoppes et fabriques. A l’origine, chacune des 36 rues composant ce quartier portaient le nom du métier ou de la corporation présente dans les rues.


Indochine-2010 0003■ LA BAIE D’HA LONG (Vietnam) : Du port d’Ha Long, on peut embarquer dans un bateau privé pour une croisière au cours de laquelle il est possible de profiter d’un paysage époustouflant : plus de mille pains de sucre en calcaire s’élèvent au-dessus de des eaux couleurs émeraude de la baie, dans laquelle navires de croisière, bateaux de pêche locaux et sampans se mêlent tranquillement les uns aux autres... Cette région est l’une des beautés naturelles du Vietnam et fait maintenant partie des quatre sites du pays appartenant au Patrimoine Mondial.

 

Indochine-2010 0078 LE NORD DU VIETNAM : Itinéraire à travers les montagnes luxuriantes en direction de Mai Chau. Cette région, peuplée par des minorités ethniques, n’est étonnamment que peu visitée par les touristes. Nous dînons dans une famille et passons la nuit dans une maison sur pilotis. C’est l'occasion de découvrir les modes de vie et les coutumes des minorités. Repas et nuit chez l’habitant. Cette région est réputée pour ses populations minoritaires colorées, ses rizières en terrasse, ses plantations de thé et de mangue. Notre parcours longe de nombreuses particularités locales des ethnies Thaï Noire et Muong. Le périple dans le nord Vietnam se termine par la visite historique de Dien Bien Phu.

Indochine-2010 7387■ LE NORD LAOS : Continuation vers Muang Khoua à travers de très beaux paysages de montagne. Il est possible, de là, d’embarquer sur de petits bateaux pour une croisière jusqu’à Nong Khiew, en faisant des arrêts pour visiter des villages.


■ LUANG PRABANG (Laos), cité au charme impérissable et riche de trésors spirituels, classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. On peut y visiter le Vat Visoun, l’impressionnant site du stupa de Thad Makmo avec sa vue à couper le souffle sur la ville, le Vat Phu Sii, le Vat Mai, le Vat Xieng Thong ou encore le Musée national qui était autrefois le palais du roi.

02- Luang Prabang - 01 

 

P1040624■ VIENTIANE (Laos) : Visite de la capitale laotienne, notamment le Vat Sisaket - et ses milliers de statues de Bouddha miniatures -, le Vat Prakeo - temple qui abritait à l’origine le fameux Bouddha d’Emeraude, aujourd’hui à Bangkok -, l’énorme monument en or de That Luang et enfin le Monument de la Victoire.


Indochine-2010 7443 SIEM REAP (ANGKOR) (Cambodge) : Construit entre 1112 et 1152 par le roi  Suryavaman II, Angkor Vat fut dédié au dieu de la préservation Vishnu. Il s’agit de l’un des temples les mieux préservés du complexe d’Angkor. Les galeries extérieures longues de 800 à 1000 mètres et le fossé large de 200 mètres entourant le temple sont censés représenter les océans de la planète. Mais Angkor Vat, ce n’est qu’une infime partie du complexe, et il faut aussi se rendre sur des sites plus éloignés, comme Banteay Samre ou Banteay Srei, qui fut construit par un prêtre Brahman et est dédié aux trois divinités Hindoues Brahma, Vishnu, et Shiva : ce temple peu imposant par sa taille retient toutefois l’attention des visiteurs par la profusion et la  finesse des sculptures qui ornent ses parois aux couleurs rose ocre.

Indochine-2010 0423 

 

■ PHNOM PENH (Cambodge) : Visite du Musée National, du Palais Royal, de la Pagode d'argent, du monument Vat Phnom, du Marché Russe et du Musée Tuol Sleng (musée du crime génocidaire) : Tuol Sleng est un ancien lycée qui a été transformé par les Khmers rouges en centre de détention, de torture et d'exécution entre 1975 et 1979. Le lycée avait alors comme nom secret prison de Sécurité 21 ou S-21.

Indochine-2010 0835

Partager cet article