12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 18:14

Thanjore 02 Voyage de groupe en INDE du SUD du 13 au 28 février 2010.

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Cette année, c’est l’inde du Sud qui était à l’honneur, avec un voyage qui nous a emmenés à la découverte de ses fantastiques beautés, toujours imprégnées de spiritualité, mais aussi de ses aspects contemporains. Notre périple a commencé par Bombay, multiple, dynamique, dont l’histoire se laisse lire à travers une magnifique architecture. Puis nous avons mis le cap sur Bangalore, la Silicon Valley indienne, et ses hauts-lieux de recherche et de technologie. Mysore a constitué ensuite un contre-point agréable à la ville de l’informatique, avec ses palais luxueux et ses beaux jardins. Puis le Kerala, région connue pour sa nature luxuriante, ou nous avons bien sûr apprécié une reposante croisière sur les backwaters... La suite du voyage a comporté une étape spirituelle avec le très important centre de pèlerinage de Rameshwaram, connu pour ses liens avec l’histoire du Ramayana, avant de remonter vers Madras en passant par Mahabalipuram, connu pour la richesse de son patrimoine archéologique, et Pondichéry, ancien comptoir français. 

CochinPoints forts du voyage :

 

Bombay■ BOMBAY ou MUMBAI (Mumba « déesse », et Aai « mère ») est la capitale de l'État du Maharashtra. Bombay est surtout la capitale économique de l’Inde… Capitale du divertissement, la ville abrite aussi la plupart des studios de cinéma et de télévision indiens : « Bollywood ». L’importance économique de Bombay ainsi que son haut niveau de vie en comparaison avec le reste de l’Inde attirent des migrants de toutes les régions du pays, qui assurent à la ville une intense diversité sociale et culturelle. La visite de la ville passe par Mani Bhawan, qui fut la résidence de Gandhi, la porte de l’Inde, la Mosquée Haji Ali (à laquelle on ne peut accéder que par marée basse), les très belles grottes bouddhistes de Kanheri, datant du 1er siècle après J.C, qui frappent par leur style austère et épuré, et l’île d’Elephanta qui abrite de superbes sculptures du Ve au VIIIe siècles). 

 

Bangalore BANGALORE et MYSORE : De Bangalore, la « Silicon Valley indienne » à Mysore, le contraste est intéressant, car autant Bangalore est moderne et frénétique, autant Mysore regorge de jardins, de temples et de vieux palais, notamment celui du Maharaja, l’un des plus grands d’Inde, construit en 1897, et connu pour son éclairage fabuleux. 

Mysore

 

 

 

 

CALICUT, qui fut un port important entre le XVème et le XVIIIème s., est actuellement le centre de l’industrie du bois. La visite de Calicut conduit à une galerie d’art connue pour sa superbe collection de peintures de Raja Ravi Varma, premier peintre indien à utiliser l’huile, et qui s’intéressa aussi bien à des récits mythologiques qu’à la vie quotidienne ; au temple de Tali, un des plus vieux de la région, dédié à Shiva, et attirant encore de nombreux pèlerins chaque année ; et à la Kappad Beach, célèbre pour avoir été celle où Vasco de Gama débarqua en 1498. 

 

Backwaters■ COCHIN ET LE KERALA : Cochin, la cité des lagons… La vieille ville, dont beaucoup de maisons coloniales, hollandaises, juives, portugaises sont encore debout, donnent à cette ville des épices une atmosphère magique. C’est à Cochin qu’on peut voir une représentation de danse du Kerala, le Kathakali, qui conte des extraits du Ramayana dans des costumes à la couleur flamboyante. De là, il est facile de se rendre à Allepey, d’où on peut partir à la découverte des canaux (les « backwaters ») qui serpentent au milieu d’un très bel environnement et traversent de petits villages.

Khatakali

Periyar

 

La réserve de PERIYAR est peuplée de tigres, d’éléphants, de daims et d’oiseaux multicolores. On peut y apprécier une croisière sur le lac du même nom, et la visite d’un jardin d’épices, où l’on découvre les innombrables variétés locales… 

 

Madurai■ MADURAI, construite en forme de fleur de lotus, est connue surtout pour son temple de Meenakshi, qu’il faut visiter le soir pour pouvoir assister aux cérémonies. Il s’agit d’un des plus grands ensembles religieux d’Inde… A Madurai, on peut aussi visiter le Palais de Tirumala Nayak Mahal, connu pour ses piliers de granit émettant un son musical quand ils sont frappés doucement. 

 

RAMESHWARAM est un centre de pèlerinage très important, situé tout au bout de la péninsule indienne. C’est l’endroit où Rama est censé avoir érigé un pont pour aller sauver son aimée Sita, ravie par le terrible Ravana. Ce centre de pèlerinage est l’équivalent pour le Sud de Varanasi (Benares).

Rameshwaram
Pondichery 
 MAHE et PONDICHERY: Deux des cinq comptoirs français : Mahé dans le Kerala (près de Calicut), et surtout Pondichéry (Tamil Nadu) où on peut flâner dans l’ancien quartier français, dont le charme est extraordinaire, et visiter l’ashram fondé en 1926 par Sri Aurobindo, où il s’est retiré avec sa compagne Mirra Alfassa, plus connue sous le nom de « La Mère ». 

 

■ MAHABALIPURAM : Mahabalipuram intéresse les amateurs d’archéologie, qui peuvent y visiter les 5 Rathas et l’ascèse d’Arjuna. Les 5 Rathas (chariots) datent du VIIème s. et sont des monolithes inachevés destinés à être des sanctuaires. Leur intérêt tient notamment à leur statut intermédiaire entre des réalisations religieuses en bois et celles qui suivirent en pierre. L’ascèse d’Arjuna, magnifique relief sculpté long de 30 mètres et haut de 15mètres représente les différentes pénitences que s’est infligées Arjuna, l’un des frères Pandava du Mahabharata, pour obtenir une arme de Shiva. L’idée sous-jacente étant qu’à force de mortification, l’homme peut atteindre une puissance égale aux dieux… 

Mahabalipuram

Partager cet article
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 09:33

Chine-2009 0059 Voyage de groupe en CHINE du 4 au 19 avril 2010.  

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

C’est dans la Chine des poètes et des peintres que nous partons : les noms de Suzhou, Huangshan, Jiuhuashan, ou Hangzhou ne sont pas toujours familiers, mais ils figurent tous au palmarès des lieux mythiques qui font rêver les Chinois. Petits canaux traversant des villages traditionnels à l’architecture préservée, montagne sacrée peuplée de monastères perdus dans ses brumes, lac aux rivages d’une beauté onirique, vieux jardins à l’atmosphère inoubliable… Tout concourt à l’émerveillement et à la découverte d’une Chine ancienne. Le voyage est cependant contrasté puisque les derniers jours se passent successivement à Shenzhen, Canton, Macao et Hong Kong : de quoi se rattraper en termes de modernité, de folies architecturales, et de signes de la croissance économique chinoise. Un voyage pour apprendre à connaître à la fois la Chine contemporaine et la richesse de son patrimoine culturel et naturel…

 

Points forts du voyage :

   

Shanghai 001■ SHANGHAI : Un tour de ville nous permet de visiter le quartier de Pudong, lieu de toutes les audaces architecturales, ainsi que le fameux Bund, l'une des plus célèbres avenues du monde avec ses élégantes façades coloniales du début du siècle. Visite aussi du Musée de Shanghai, riche d’une collection exceptionnelle d’art chinois.

 

Suzhou 001■ SUZHOU est une très vieille ville, qualifiée en son temps par Marco Polo de « Venise d’Orient ». Nous pouvons y admirer d’exceptionnels jardins, comme le « Jardin de la Politique des Humbles » ou le fameux « Jardin des Maîtres des Filets », qui date du XIIe siècle : d’une exquise sensibilité, il reflète la préoccupation chinoise de transcrire dans un microcosme les beautés de l’Univers. Le musée de Suzhou, qui abrite quelques très pièces anciennes, est très intéressant aussi d’un point de vue architectural : il a été construit par Ieoh Ming Pei, concepteur de la Pyramide du Louvre, en fait originaire de Suzhou…

P1000430

 Chine-2009 5776■ Les montagnes JIU HUA SHAN : Les « Pics des Neuf Lotus  sont des montagnes mythiques, qui abritent d’innombrables sanctuaires bouddhistes dans une atmosphère unique de brume et de mystère. Nous partons à la découverte d’une des montagnes environnantes, où nous visitons plusieurs temples, notamment le Chiyuan Si. Dans les environs de Jiuhuajie, la nature est grandiose et les sanctuaires sont au rendez-vous : notamment le Tiantai Zhengding, située au sommet de la montagne et accessible uniquement par des centaines de marches escarpées.

 

PICT1964■ Les montagnes jaunes (HUANG SHAN), mondialement connues pour leurs pics escarpés et les ombres qu’ils dessinent dans le ciel. Lieu de prédilection des poètes et des peintres depuis des siècles, on ne compte plus les descriptions sensibles de ce lieu magique. La météo en fait varier l’atmosphère de façon drastique et un vieux proverbe chinois assure qu’on compte autant de Huangshan que de gouttes de rosée sur une pivoine le matin.

 

Chine-2009 0183■ De TUNXI à HANGHZOU : Tunxi n’étant pas une ville particulièrement touristique, on y est plongé dans une ambiance authentiquement chinoise, les produits étant surtout destinés à une clientèle locale. Hangzhou au contraire, est une des villes les plus courues de Chine pour son atmosphère envoûtante aux alentours de son Lac de l’Ouest, qui a tant inspiré les peintres chinois depuis l’époque des Song. Le Parc du temple Lingyin donne à voir une exceptionnelle série de sculptures rupestres, datant du Xe au XVe siècle, avec notamment de très rares exemples de sculpture Yuan.

 

P1010043■ SHENZHEN, la plus importante des cinq Zones Economiques Spéciales de la Chine. S’il n’y rien de spécial à y voir dans le sens touristique ordinaire, Shenzhen permet d’illustrer la transformation de la Chine et son ouverture depuis la fin des années 1970.

Chine-2009 5851

 

■ CANTON (GUANGZHOU) est une ville également très dynamique, mais au bénéfice d’une histoire et de traditions plus riches. Mondialement connue pour son excellente cuisine (est-ce pour cela qu’elle est jumelée avec Lyon ???), Canton conserve des quartiers qui sentent bon l’ancienne Chine  : on les découvre en nous se baladant à pied dans le vieux Canton, avec notamment l’architecture coloniale de l’île de Shamian, mais aussi le Temple des ancêtres de la famille Chen et le Temple de la brillante piété filiale. Canton, c’est aussi le Parc Yuexiu, qui comporte de somptueux jardins tropicaux, et le musée du tombeau du roi des Yue du Sud, qui présente de façon originale le fabuleux trésor qui a accompagné dans la mort le roi Zhao Wei (122 av J-C), assurément une des découvertes archéologiques chinoises les plus importantes de ces trente dernières années.

P1010337MACAO, tournant la page de son statut ancien de plus vieux comptoir européen en Extrême-Orient, s'est promis de devenir bientôt le Las Vegas d’Asie. En visitant à pied le centre de la péninsule, on a un bon aperçu de l’architecture coloniale portugaise.


  HONG KONG : La visite commence toujours par l'ascension du Pic Victoria, du haut duquel on peut admirer la vue magnifique sur la baie et sur les îles couleur d'émeraude qui parsèment la Mer de Chine méridionale. Hong Kong, dont le mode de vie traditionnel se maintient à l'ombre des gratte-ciel de verre et d'acier, se situe à mi-chemin entre la Chine profonde et la modernité de l'Occident.

Chine 2008 108

Partager cet article
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 20:21

Inde-du-nord-2009 1336Voyage de groupe en INDE du 8 au 22 février 2009.  

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Terre de mémoire, habitée depuis le XIIe siècle par d'intrépides guerriers rajpoutes qui se prétendaient les descendants du Soleil, de la Lune ou du Feu, regroupés en clans autour de quelques puissantes familles, dont les princes vivaient dans des forteresses imprenables ou dans de somptueux palais... Terre de religion où les temples sont d'une grande beauté, dentelles de marbre parées de sculptures de divinités aux formes dansantes et rondes. Terre de couleurs, du turban des hommes, rose, rouge ou jaune aux jupes des femmes, brodées de fils d'or ou d'argent et incrustées de miroirs, autant de signes de vie qui explosent dans l'ocre du désert. Mais aussi spiritualité d’une densité exceptionnelle comme à Varanasi (Benares) ou Khajuraho, qui transforme le voyage en expérience inoubliable.

 

Points forts du voyage :

 

Inde-du-nord-2009 0985■ UDAIPUR : Udaipur, inspiratrice des poètes, oasis de beauté dans le désert du Rajasthan... On peut y visiter le Palais de Fateh Prakash, où se trouve la Crystal Gallery, qui abrite un incroyable ensemble de meuble et d’objets en cristal ; l’opulent Palais de la ville, fierté des anciens gouverneurs, qui mélange style rajput et moghol ; le jardin du Saheliyon ki Bari ; le Temple de Jagdish ; le musée indien des arts populaires du Bhartiya Lok Kala Mandir. A Udaipur, on peut faire aussi une excursion en bateau sur le lac Pichola, belle étendue d’eau peu profonde parsemée de palais de marbre blanc, de ghats et de pavillons de chasse éparpillés sur une colline sauvage.

 

Inde-du-nord-2009 1105■ RANAKPUR est connu pour les temples jaïn, qui bénéficient d’un cadre naturel des plus bucoliques, au bord d’une petite rivière. Leur réalisation est exceptionnelle, notamment le temple d’Adinatha et ses 1444 colonnes ciselées en marbre blanc, dont la vocation à l’origine (XVe s.) était d’évoquer le royaume céleste des tirthankara, les passeurs de gué. On y trouve également de nombreuses sculptures d’apsaras, nymphes d’une grande beauté que les dieux utilisaient pour séduire les yogis, devenus trop puissants par leurs exercices de méditation.

 Inde-du-nord-2009 4954

■ PUSHKAR est une petite ville très agréable en bord de steppe, connue pour sa fameuse foire aux chameaux, mais méritant une halte également en-dehors de celle-ci. Pushkar est une des villes les plus sacrées d’Inde. On s’y balade autour du lac sacré et de ses ghats.

 

Inde-du-nord-2009 0189■ JAIPUR, la « ville rose » du Rajasthan, est surtout connue pour le Palais des Vents, le Hawa Mahal. Mais Jaipur, c’est aussi le Palais de la Cité (partie du complexe palatial qui appartient toujours à la famille royale) ; l’observatoire de Jantar Mantar, construit en 1728, qui bien que situé au cœur d'une ville turbulente, l'observatoire est baigné d’une atmosphère tranquille et sereine ; la forteresse d’Amber et le Palais de l’Eau, situé au milieu d’un petit lac couvert de jacinthes : un faux palais, constitué d’une structure architecturale à la fois fantaisiste et fonctionnelle qui permettait aux femmes de la cour de contempler le spectacle de la rue à l'abri des regards indiscrets.

 

Inde-du-nord-2009 1464■ AGRA, et le Taj Mahal... Edifié en 1653 après 17 ans de travaux effectués par 20.000 hommes, c’est le monument funéraire de l’épouse préférée de Shah Jahan et l’un des plus beaux gestes d’amour incarné dans une architecture pure et émouvante. Agra, c’est aussi le fort, cette puissante forteresse en grès rouge, véritable labyrinthe de palais, de cours et de pavillons, qui offre une harmonieuse synthèse des arts musulman, persan et hindou.

 

■ ORCCHA est une belle cité médiévale, dont on peut apprécier le calme : une étape idéale en Inde… ! La ville se trouve à une dizaine de kilomètres au sud de Jhansi sur un plateau entouré de petites montagnes formant ainsi un site aisément défendable. Certains palais abritent en leur sein les plus belles peintures de l’école de Bundela.

Orccha-Panorama-02.TIF

 Khajuraho-03■ KHAJURAHO : La petite ville de Khajuraho est connue dans le monde entier pour ses temples. La réputation du site tient beaucoup aux magnifiques statues qui ornent les murs des temples et qui détaillent la vie indienne de l'époque avec ses divinités, ses animaux, ses artistes et aussi ses poses du Kamasutra.

 

INDE Carte 1 588 - Copie■ BENARES (Varanasi) est la cité la plus sacrée d’Inde. Cette visite reste une des expériences les plus fortes du voyageur qui découvre l’Inde. La plus célèbre des sept villes saintes de l’hindouisme s’étire le long du Gange. Un lieu unique au monde où vie et mort se côtoient de façon inextricable. Une visite de Varanasi est aussi l’occasion de découvrir Sarnath, lieu très important de pèlerinage bouddhiste où le Bouddha historique enseigna pour la première fois sa doctrine.

 

INDE Carte 2 224■ CALCUTTA (Kolkata) : Ancienne capitale de l'Inde britannique, haut lieu de la renaissance hindoue au XIXe siècle et plus tard bastion communiste, cette cité mythique, qui a pu apparaître un temps comme un des pôles révolutionnaires potentiels de l'Asie, symbolise souvent la misère que connaissent les grandes agglomérations des pays en voie de développement. Mais Calcutta a conservé son cachet, opposant au cœur autrefois britannique celui d’une Inde polymorphe et multiconfessionnelle.

Partager cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 13:11

Kyoto - Musée national 025Voyage de groupe au JAPON du 12 au 24 avril 2008.

 

Ce voyage a été organisé pour un petit groupe à titre personnel, et non par l’Université.

 

Découvrir le Japon, c’est capter ses incroyables paradoxes, la puissance de sa contemporanéité et le raffinement de ses traditions. Voyager au Japon, c’est chercher toujours nos repères, enfouis dans une forêt de signes hermétiques. Notre voyage a commencé par Tokyo, mégapole unique en son genre, puis nous sommes entrés dans un Japon moins connu, plus proche de la nature et de son histoire, de la vallée de Shokawa à Kanazawa, en passant par Takayama. Le monde des samouraïs, des toits de chaume et des esprits… Puis nous avons découvert l’exceptionnelle Kyoto, sans oublier Nara, de façon à nous imprégner de cette dimension sacrée qui baigne encore tout le pays. Nous avons admiré, à cette occasion, des trésors artistiques à l’esthétique et à la philosophie si particulières. Le voyage s’est terminé par l’éblouissante vie nocturne d’Osaka…  

 

Points forts du voyage :

 

Japon-2008 8402■ TOKYO : Le temple shintoïste de la famille impériale au milieu d’un parc tranquille et majestueux, le quartier de Ginza, le pont de Jinghu-bashi - lieu de rencontre dominicale de la jeunesse tokyoïte mi-branchée mi-marginale - la rue d’Omotesando - celle des boutiques branchées ayant fait leur nid dans des réalisations architecturales des plus grands créateurs actuels (Toyo Ito, Waro Kishi, etc...), c’est le mélange qu’offre la capitale. Tokyo, c’est aussi Rappongi, qui regroupe dans un périmètre restreint centres design, musées privés et boutiques de luxe ; le National Art Center et le 21_21 qui présentent la création la plus actuelle ; le Suntory Museum, construit par Kengo Kuma, qui propose des expositions temporaires de qualité concernant l’art traditionnel japonais ; et le Mori Museum, situé en haut de la tour du même nom et dont les expositions bénéficient en général d’une mise en scène épurée et inventive.

 

Takayama - Divers 010TAKAYAMA : Après la mégapole ultramoderne tokyoïte, cette petite ville qui a gardé son cachet d’antan, avec ses magnifiques résidences anciennes, est une étape idéale… De là, il est possible de partir pour une journée dépaysante à travers la vallée de Shokawa, une région du Japon longtemps inaccessible, même aux Japonais, en raison de sa situation géographique. La beauté du paysage est inoubliable, et on y voit de vieilles maisons de campagne comme il n’en reste presque plus...

Shirakawago - Photos Nicole 001

 Kanazawa - Kenroku-en 002KANAZAWA alterne l’ultra-contemporain, avec le musée du XXIe s., et le traditionnel, avec ses fameux quartiers de geishas et de samouraïs. Au programme, le château, le jardin de Kenroku-en (un des plus beaux du Japon), le temple Ninja, une résidence de Samourais et le musée d’art contemporain…

 

KYOTO est une ville fascinante, aux richesses innombrables, liées à son passé de capitale durant de nombreux siècles. On peut y visiter le château de Nijo, dont les grandes pièces sont séparées Kyoto - Jardin zen Daitoku-ji 020par de superbes paravents à la feuille d’or, et qui est également entouré d’un grand jardin dessiné par le maître de thé et de jardins Kobori Enshû ; le très beau jardin du sanctuaire d’Heian-Jingu, représentatif des jardins de l’époque Heian ; le vieux temple de Kiyomizu-dera et sa cascade sacrée ; et bien sûr, le fameux Pavillon d’Or, dont l’étang et le jardin sont particulièrement délicats. Quant au temple de Ryoan-ji, il constitue une excellente introduction aux jardins de style kare-sansui (paysages secs) : à l’abri de murs de terre, une quinzaine de rochers figurent des écueils dans une mer de sable. Pour compléter la visite de Kyoto, il faut se balader dans le quartier des geishas et des divertissements, le Gion…

 

Kyoto - Fushimi-Inari Taisha 007

  

Nara - Temple Yakushi-ji 002■ NARA : Un parcours pédestre permet de découvrir les merveilles de cette très ancienne capitale impériale : le parc aux daims, mondialement connu pour son millier d’animaux qui se baladent librement dans un vaste territoire ouvert au public et sur lequel se situent quelques-uns des plus beaux temples japonais, comme le Todaiji avec sa gigantesque statue en bronze de Bouddha ou encore le sanctuaire shinto de Kasuga, connu pour ses centaines de vieilles lanternes en pierre perdues dans la belle forêt qui le jouxte. Et un peu en dehors de Nara, il faut visiter le temple Horyuji, le plus ancien du Japon, qui recèle quelques trésors et à la particularité d’être une des plus vieilles structures en bois du monde.

 

Osaka - Quartier Dotomburi 002-copie-1■ OSAKA : "Anéantie sous les bombes de la seconde guerre mondiale, cette ville a su revivre après 1945, tel l’oiseau sacré du bouddhisme, le phénix (…). Située au fond d’une immense baie découpée, communiquant avec la mer Intérieure, Osaka est parfois surnommée la « Ville aux pieds dans l’eau ». C’est le plus grand port du Japon. Si ses pieds et ses jambes sont dans l’eau c’est qu’elle tire l’essentiel de sa prospérité des échanges maritimes, et ceci depuis sa fondation. Née de la mer, faite pour la mer, arrosée par des rivières venues des montagnes avoisinantes (…), emportée par les vagues de la prospérité, happée par le courant du progrès industriel et commercial, Osaka est une puissante mégapole (…)." Extrait.

Partager cet article